Des débuts de la Congrégation de la Mission, Coste XII, 7-8

Publié le par Diacres Permanents Vincentiens

SV Studieux

"Un jour, on m'appela pour aller confesser un pauvre homme dangereusement malade, qui avait réputation d'être le plus homme de bien, ou au moins un des plus hommes de bien de son village. Il se trouva néanmoins qu'il était chargé de péchés qu'il n'avait jamais osé déclarer en confession, ainsi qu'il le déclara lui-même tout haut par après en présence de feu madame la générale des galères lui disant : "Madame, j'étais damné, si je n'eusse fait une confession générale, à raison des gros péchés que je n'avais osé confesser".

 

Cet homme mourut ensuite, et madite dame, ayant reconnu par là la nécessité des confessions générales désira que je fisse le lendemain une prédication sur ce sujet. Je la fis et Dieu y donna tant de bénédiction que tous les habitants du lieu firent ensuite confession générale, et avec tant de presse, qu'il fallut faire venir deux Pères jésuites pour m'aider à confesser, prêcher et catéchiser.

 

Ce qui fut cause qu'on continua le même exercice dans les autres paroisses des terres de madite dame durant plusieurs années laquelle enfin voulut entretenir des prêtres pour continuer des missions et nous fit savoir à cet effet le collège des Bons-Enfants où nous nous retirâmes M. Portail et moi, et prîmes avec nous un bon prêtre, à qui nous donnions cinquante écus par an. Nous nous en allions ainsi tous trois prêcher et faire la mission de village en village. En partant, nous donnions la clef à quelqu'un des voisins ou nous-mêmes nous les prions d'aller coucher la nuit dans la maison. Cependant je n'avais partout qu'une seule prédication, que je tournais en mille façons : c'était de la crainte de Dieu.

 

Voilà ce que nous faisions nous autres et Dieu cependant faisait ce qu'il avait prévu de toute éternité. Il donna quelques bénédictions à nos travaux ; ce que voyant, de bons ecclésiastiques se joignirent à nous et demandèrent à être avec nous. O Sauveur ! O Sauveur ! Qui eût jamais pensé que cela en fut venu en l'état auquel il est maintenant ? Qui m'eût dit cela alors j'aurais cru qu'il se serait moqué de moi, et néanmoins c'était par là que Dieu voulait donner commencement à ce que vous voyez".

Publié dans Saint Vincent de Paul

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article